Communiqués > Le marché montréalais poursuit son élan au premier trimestre

L’Île-des-Sœurs, le 15 avril 2019 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers. Ainsi, 13 028 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du premier trimestre de 2019, soit une hausse de 6 % par rapport à la même période en 2018.

Voici les faits saillants du premier trimestre de 2019.

Ventes

  • Avec 13 028 transactions conclues (+ 6 %), le marché immobilier résidentiel de la RMR de Montréal a poursuivi son élan en affichant une 18eaugmentation trimestrielle consécutive des ventes résidentielles. Il s’agit aussi du meilleur début d’année en neuf ans au chapitre des ventes.
  • La copropriété a affiché la plus forte croissance parmi les trois catégories de propriétés, avec un bond de 10 %. Les 4 715 ventes de copropriétés enregistrées au premier trimestre correspondent à un record pour cette période de l’année.
  • Les ventes de maisons unifamiliales (7 295) ont pour leur part connu une augmentation notable de 4 %, alors que les ventes de plex de deux à cinq logements (1 005) ont reculé de 1 %.
  • Tous les grands secteurs de la RMR, sauf l’île de Montréal (-2 %), ont enregistré une hausse des ventes résidentielles : la Rive-Nord et Saint-Jean-sur-Richelieu (+12 %), Laval (+11 %), la Rive-Sud (+10 %) et Vaudreuil-Soulanges (+7 %).
  • Dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe, les ventes ont reculé de 2 % au premier trimestre. L’unifamiliale a enregistré une hausse de 1 % des transactions et les ventes de copropriétés ont progressé de 7 %; cependant, les ventes de plex ont chuté de 38 %, ce qui explique le léger repli de l’ensemble des ventes résidentielles.

Prix

  • À l’échelle de la RMR, les maisons unifamiliales (325 000 $), les copropriétés (249 900 $) et les petits immeubles locatifs (515 000 $) ont tous enregistré des progressions de leur prix médian, soit respectivement de 5 %, de 2 % et de 5 %.
  • La ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et la Rive-Sud se sont démarquées en affichant les plus fortes hausses du prix médian des maisons unifamiliales, soit des augmentations respectives de 12 % et de 7 %.
  • Deux secteurs se sont aussi distingués au chapitre de la croissance des prix médians des copropriétés : l’île de Montréal (+8 %) et, encore une fois, Saint-Jean-sur-Richelieu (+5 %).

Inscriptions en vigueur 

  • Les inscriptions en vigueur ont reculé pour un quinzième trimestre consécutif, avec en moyenne 21 880 propriétés à vendre sur le système Centris dans la RMR de Montréal, soit 15 % de moins qu’à la même période de l’année précédente.

« La forte baisse de l’offre, combinée à la hausse des ventes fait en sorte que les conditions du marché avantagent de plus en plus les vendeurs », note Anouk Vidal, coprésidente du conseil d’administration de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. « Le marché s’est resserré, et ce, particulièrement sur l’île de Montréal », ajoute-t-elle.

Ventes résidentielles au Québec : excellente performance au premier trimestre

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers. Ainsi, 23 667 ventes ont été réalisées de janvier à mars, soit une augmentation notable de 8 % par rapport à la même période en 2018. Il s’agit d’un 19e trimestre consécutif de hausses.

Voici les autres principaux faits saillants du premier trimestre de 2019 :

Ventes

  • En tout, 16 010 unifamiliales (+7 %), 5 866 copropriétés (+12 %) et 1 694 plex (+1 %) ont changé de mains.
  • Sur le plan géographique, les agglomérations de Joliette (+51 %), de Sainte-Agathe-des-Monts (+39 %), d’Amos et de Drummondville (+36 %), de La Tuque (+35 %) et de Rawdon (+33 %) se sont particulièrement démarquées, affichant les plus fortes croissances des ventes résidentielles.
  • Du côté des six régions métropolitaines de recensement (RMR), celle de Trois-Rivières a connu la plus forte augmentation des ventes, soit de 24 %, suivie de celle de Saguenay, où la hausse a été de 17 %. La RMR de Gatineau s’est aussi particulièrement distinguée avec une poussée des ventes de 16 %. Les ventes des RMR de Québec, de Montréal et de Sherbrooke ont connu des hausses de ventes respectives notables de 8 %, 6 % et 5 %.

« La demande demeure très forte, la hausse des ventes étant généralisée à l’ensemble de la province », constate Yanick Desnoyers, directeur, Analyse du marché, de la FCIQ. « La performance de la province de Québec est d’autant plus impressionnante qu’elle survient au moment où les marchés des autres provinces canadiennes reculent », poursuit M. Desnoyers.

Inscriptions en vigueur

  • Le nombre de propriétés à vendre a poursuivi sa descente, affichant une diminution de l’offre pour un treizième trimestre consécutif. Ainsi, 61 885 propriétés résidentielles étaient inscrites au système Centris, soit 9 % de moins qu’à la même période en 2018.
  • Le nombre d’inscriptions a diminué de 8 % pour l’unifamiliale (41 557) et de 18 % pour la copropriété (13 397), et il a augmenté de 5 % pour les plex (6 148).

Prix

  • Pour l’ensemble de la province, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 3 % et atteint 255 000 $.
  • Les plus fortes hausses de prix pour l’unifamiliale ont été enregistrées dans les agglomérations de Thetford Mines (+23 %), de Shawinigan (+13 %), de Rawdon (+10 %), de Sainte-Agathe-des-Monts (+8 %) et de Drummondville (+6 %).
  • Le prix médian des copropriétés a crû de 1 % à l’échelle provinciale, désormais établi à 231 000 $, et le prix médian des plex est demeuré inchangé, à 385 000 $.

Finalement, les propriétés vendues au premier trimestre ont trouvé preneur plus rapidement qu’il y a un an. Les unifamiliales se sont vendues en 104 jours en moyenne, soit 6 jours de moins qu’au premier trimestre de 2018. Les copropriétés ont pris en moyenne 101 jours avant d’afficher « vendu », ce qui représente une diminution de 14 jours.

À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 12 500 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’Association est également un acteur important dans la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. Elle offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information de nature immobilière. L’Association a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec.

À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les 8 chambres immobilières de la province, de même que près de 13 000 courtiers immobiliers membres. Sa mission est de soutenir les chambres immobilières du Québec dans le but de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers en offrant des services en matière de pratiques professionnelles, d’affaires publiques et d’analyse de marché. La FCIQ est guidée par une approche axée sur la collaboration et le partage des ressources.

À propos de Centris

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

-30-

Pour des statistiques plus détaillées sur la région de Montréal, consultez le Baromètre FCIQ.

 Renseignements : 

Taïssa Hrycay
Directrice des communications et des relations publiques
Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec
Tél. : 514 762-2440, poste 157
taissa.hrycay@apciq.ca

Nathalie Rochette
Directrice adjointe, Communications et relations publiques
Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec
Tél. : 514 762-2440, poste 238
nathalie.rochette@apciq.ca