Archives > Statistiques du marché > Forte hausse du prix des maisons unifamiliales dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe

Saint-Hyacinthe, le 13 juillet 2017 — La Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe vient de publier les statistiques du marché immobilier résidentiel de l’agglomération de Saint‑Hyacinthe, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 157 ventes ont été réalisées au cours du deuxième trimestre de 2017, soit une diminution de 2 % par rapport à la même période en 2016. Il s’agit d’une première baisse des ventes après trois trimestres consécutifs de hausses.

Cliquez ici pour consulter les principales statistiques résidentielles de l’agglomération de Saint-Hyacinthe.

Ce recul des ventes est attribuable aux segments de la copropriété et des plex. Il s’est vendu 32 copropriétés et 20 plex au cours des mois d’avril à juin, contre 44 et 21 à la même période en 2016. Le nombre de ventes d’unifamiliales a quant à lui augmenté de 8 %, alors que 104 maisons unifamiliales ont changé de mains.

Du côté de l’offre, l’agglomération de Saint-Hyacinthe comptait en moyenne 471 propriétés résidentielles à vendre, soit 2 % de plus qu’au deuxième trimestre de 2016. Il s’agissait de la première augmentation du nombre d’inscriptions en vigueur en trois ans. La hausse est cependant uniquement attribuable à la copropriété, dont le nombre d’unités à vendre (141) a bondi de 31 %, notamment sous l’effet de la mise en marché d’unités neuves. Le nombre de maisons unifamiliales à vendre a quant à lui diminué de 8 %, avec 262 maisons offertes, et celui des plex, de 5 %, avec 66 petits immeubles à logements.

Le prix médian des unifamiliales a affiché une forte progression de 9 % par rapport au deuxième trimestre de 2016, la moitié des maisons s’étant vendues à un prix supérieur à 237 750 $, un nouveau sommet.

« Le marché de l’unifamiliale a poursuivi sur sa belle lancée au deuxième trimestre de 2017, avec une hausse soutenue des ventes. En parallèle, l’offre se replie et les conditions du marché se resserrent. Ce segment de marché est équilibré depuis le début de l’année », souligne Stéphane Arès, président de la Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour cette région. « Le marché de la copropriété est quant à lui toujours à l’avantage des acheteurs », ajoute-t-il.

Finalement, le délai de vente moyen des unifamiliales a diminué pour un quatrième trimestre consécutif. En moyenne, il fallait 113 jours pour afficher « Vendu », soit une semaine de moins qu’au deuxième trimestre de 2016.

Nouveau record d’activité au deuxième trimestre de 2017 sur le marché immobilier résidentiel québécois

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 25 638 ventes ont été réalisées d’avril à juin, soit une augmentation de 4 % par rapport à la même période en 2016. Il s’agit d’un 12e trimestre consécutif de hausses et d’un nouveau record pour cette période de l’année.

« C’est en dépit des resserrements hypothécaires en vigueur depuis l’automne que l’année 2017 a démarré de belle façon », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. « La vigueur exceptionnelle du marché de l’emploi et la hausse marquée du solde migratoire l’an dernier ont stimulé la demande d’habitations », ajoute-t-il.

Cliquez ici pour consulter les principales statistiques résidentielles de la province de Québec.

Voici les autres principaux faits saillants du premier trimestre de 2017 :

Ventes

  • Les ventes de copropriétés ont fortement progressé : les 5 583 transactions conclues représentent un nouveau sommet et une augmentation de 14 % par rapport au deuxième trimestre de 2016.
  • Les ventes d’unifamiliales et de plex ont pour leur part crû respectivement de 2 % (17 857 transactions) et de 7 % (2 087 transactions).
  • Sur le plan géographique, seulement deux régions métropolitaines de recensement (RMR) ont vu leurs ventes croître au deuxième trimestre : celles de Montréal se démarquent fortement par une augmentation de 8 %, et celles de Gatineau ont crû de 3 %. Les autres RMR ont toutes connu des baisses, soit Trois-Rivières (-12 %), Saguenay (-8 %), Québec (-2 %) et Sherbrooke (-2 %).
  • Parmi les plus petits centres urbains, on note des bonds importants du nombre de transactions dans les agglomérations de Thetford Mines (+55 %), Sept-Îles (+28 %), Saint-Jean-sur-Richelieu (+24 %) et Rouyn-Noranda (+22 %).

Prix

  • Le prix médian des maisons unifamiliales vendues d’avril à juin au Québec a atteint 250 000 $. Il s’agit d’une croissance de 5 % par rapport à la même période en 2016 et de la plus forte hausse trimestrielle des prix en près de six ans.
  • Encore ici, c’est la RMR de Montréal qui a affiché la hausse la plus importante à ce chapitre, soit de 7 %, avec un prix médian de 318 000 $ pour l’unifamiliale.
  • Les RMR de Gatineau (249 700 $) et de Saguenay (181 750 $) ont elles aussi enregistré des augmentations de prix dignes de mention, de 5 % et 4 % respectivement.
  • Finalement, le prix médian des unifamiliales a crû modestement, soit de 2 % et 1 % respectivement, dans les RMR de Québec (258 500 $) et de Trois-Rivières (150 000 $), tandis qu’il est demeuré stable dans la RMR de Sherbrooke (204 500 $).

La tendance à la baisse du nombre de propriétés résidentielles à vendre au Québec s’est poursuivie pour un sixième trimestre consécutif. D’avril à juin 2017, on comptait en moyenne 73 574 inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers, ce qui représente une diminution de 9 % comparativement au deuxième trimestre de 2016.

Finalement, à l’échelle provinciale, il a fallu en moyenne 114 jours (-7 jours) pour qu’une propriété résidentielle, toutes catégories confondues, trouve preneur au deuxième trimestre de 2017.

À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les 12 chambres immobilières de la province, de même que près de 13 000 courtiers immobiliers membres. Sa mission est de soutenir les chambres immobilières du Québec dans le but de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers en offrant des services en matière de pratiques professionnelles, d’affaires publiques et d’analyse de marché. La FCIQ est guidée par une approche axée sur la collaboration et le partage des ressources.

À propos de Centris®

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec – plus de 90 000 – sont réunies à la même adresse. Centris® est une division de la Chambre immobilière du Grand Montréal qui offre exclusivement aux 12 chambres immobilières québécoises et à leurs 13 000 courtiers immobiliers des ressources technologiques.

Pour des statistiques plus détaillées sur chacune des régions de la province, consultez le Baromètre FCIQ.

-30-

Renseignements :

Martine Richard

Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe

Téléphone : 450 799-2210

chimmob@cgocable.ca