Version anglaise
Version Web
test
L’année 2017, un record de ventes de propriétés de villégiature au Québec

Selon la base de données Centris®, la FCIQ estime que 3 921 propriétés de villégiature ont été vendues en 2017 dans l’ensemble des villes sélectionnées de six régions administratives de la province.
LIRE LA SUITE    >

La Ville de Montréal aidera davantage les acheteurs de propriété

À compter du 1er mai 2018, la Ville de Montréal bonifiera son programme d’aide à l’acquisition résidentielle. Ce programme vise principalement à encourager les familles qui souhaitent acquérir une propriété, qu’elle soit neuve ou non, sur le territoire de la Ville de Montréal.
LIRE LA SUITE    >
Salaberry-de-Valleyfield commence l’année en battant un record

Une forte demande était au rendez-vous dans l’agglomération de Salaberry-de-Valleyfield au premier trimestre de 2018, puisque 143 propriétés résidentielles s’y sont vendues. Cela représente une hausse de 21 % en comparaison du premier trimestre de 2017.
LIRE LA SUITE    >
Abordabilité : stabilité à Québec et déclin à Montréal selon la RBC

Selon la mesure de l’accessibilité de l’équipe de Recherche économique de la RBC, la hausse des prix du marché immobilier à Montréal n’est pas sans conséquence, alors que l’accessibilité au logement s’est effritée. La RBC note que la part du revenu qu’un ménage doit consacrer au logement a augmenté pour une neuvième fois au cours des dix derniers trimestres et qu’elle est à son plus haut niveau depuis 2011.
LIRE LA SUITE    >

La situation des marchés immobiliers résidentiels de Montréal et de Québec est saine

La SCHL a publié la semaine dernière son Évaluation du marché de l’habitation du deuxième trimestre de 2018 pour 15 régions métropolitaines du pays. Le tableau ci-dessous illustre le degré de vulnérabilité de chacun des marchés en fonction de quatre critères.
LIRE LA SUITE    >
Voici quelques points à retenir sur la conjoncture économique récente :
La Banque du Canada (BdC) a annoncé le 18 avril qu’elle laissait inchangé son taux directeur, à 1,25 %. Elle souligne toutefois qu’elle s’attend à ce que les perspectives économiques justifient des taux d’intérêt plus élevés avec le temps.
Selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), les ventes résidentielles au Canada ont baissé de 22,7 % en mars 2018 par rapport au même mois de l’année dernière. Avec cette diminution, les ventes ont atteint leur plus bas niveau depuis quatre ans pour un mois de mars. Le prix moyen réel des propriétés résidentielles vendues au Canada par l’intermédiaire du système MLS® en mars 2018 dépassait légèrement les 491 000 $, ce qui représente une baisse de 10 % par rapport au même mois de l’année dernière. La baisse de prix était notamment de 14 % dans la région de Toronto.
Selon l’Enquête sur la population active de Statistique Canada, en données désaisonnalisées, 4 269 900 emplois étaient occupés au Québec au premier trimestre de 2018, soit une progression de 4 800 postes par rapport au trimestre précédent. Comparativement au premier trimestre de l’an dernier, il s’agissait d’un gain de 76 400 emplois.
Selon les données provisoires de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), 6 839 mises en chantier d’habitations ont eu lieu dans les centres de 10 000 habitants et plus au Québec au premier trimestre de 2018, soit un recul de 1 % comparativement à la même période en 2017. La région métropolitaine de Québec ainsi que les agglomérations de Joliette, de Rouyn-Noranda et de Salaberry-de-Valleyfield ont toutefois affiché une hausse à ce chapitre.
Selon le Conference Board du Canada, la proportion de Québécois estimant que le moment est propice à la réalisation d’un achat important, telle une propriété, s’élevait à 40 % en avril, soit 3 points de pourcentage de plus qu’au mois dernier. En outre, ce résultat est nettement supérieur à la moyenne des cinq dernières années, qui était de 34,5 %.
Pour ne pas manquer la sortie des indicateurs économiques qui influencent l’activité sur le marché immobilier au Québec, suivez-nous sur Twitter ou sur Facebook.