Version anglaise
Version Web
test
Resserrement hypothécaire oblige, le marché de la revente ralentira au Québec en 2017

Alors que la croissance économique devrait normalement s’accélérer cette année, l’arrivée à la tête des États-Unis du président Trump jette un voile d’incertitudes sur les perspectives de l’économie canadienne.
LIRE LA SUITE    >
Solide performance en 2016 sur les marchés résidentiels de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda

Les deux principales agglomérations de l’Abitibi-Témiscamingue se sont démarquées en 2016 sur le marché de la revente, tant au chapitre de la croissance des ventes que de la croissance des prix.
LIRE LA SUITE    >
 
La SCHL annonce une majoration de ses primes d’assurance prêt hypothécaire

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a annoncé que ses primes d’assurance prêt hypothécaire pour les propriétaires-occupants seraient majorées à partir du 17 mars 2017.
LIRE LA SUITE    >

Nombre record de ventes résidentielles au Canada en 2016

Selon les données de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), le bilan du marché de la revente au Canada fait état de 536 118 ventes résidentielles réalisées par l’entremise du système MLS®.
LIRE LA SUITE    >
Perspectives économiques en 2017 – Bonne année en vue

L’année 2017 au Québec et au Canada s’amorce sous un vent d’incertitude au niveau économique. En effet, malgré une bonne relance économique chez nos voisins du sud, la situation politique aux États-Unis laisse planer un bon nombre de questions sans réponse pour les économistes qui tentent de faire des prévisions.
LIRE LA SUITE    >
 
Voici quelques points à retenir sur la conjoncture économique récente :
La Banque du Canada (BdC) a annoncé le 18 janvier dernier qu’elle maintenait son taux directeur à 0,5 %. La BdC souligne qu'il demeure un certain degré d'incertitude entourant les perspectives mondiales, particulièrement relativement aux États-Unis. Pour ce qui est de la croissance de l'économie canadienne, la BdC estime que le PIB réel progressera de 2,1 % en 2017 et en 2018. Les mesures mises en place par le gouvernement fédéral pour favoriser la stabilité du marché immobilier auront probablement pour effet de ralentir l'investissement résidentiel.
Selon le Conference Board du Canada, la proportion de Québécois estimant que le moment est propice pour réaliser un achat important, telle une propriété, a légèrement diminué en janvier pour s’établir à 34 %. Ce résultat est néanmoins supérieur à la moyenne des cinq dernières années (32 %).
Selon l’enquête sur la population active de Statistique Canada, en données désaisonnalisées, 4 182 600 emplois étaient occupés au Québec au quatrième trimestre de 2016, soit une progression de 48 500 postes par rapport au trimestre précédent. Comparativement au quatrième trimestre de l'an dernier, il s’agissait d'un gain de 79 900 emplois. Le taux de chômage au Québec s'est fixé à 6,5 %, soit 0,5 point de pourcentage de moins qu'au troisième trimestre.
Consultez notre tableau de bord économique.
Pour ne pas manquer la sortie des indicateurs économiques qui influencent l’activité sur le marché immobilier au Québec, suivez-nous sur Twitter ou sur Facebook.