Cliquez ici pour la version anglaise


L’accessibilité piétonne et la valeur des propriétés


L’accessibilité piétonne peut se définir comme le degré d’accès et de confort relatif à une adresse pour les déplacements à pied. Sur le site centris.ca, une valeur Walk Score® est indiquée pour chaque propriété à vendre afin d’offrir une mesure quant à la dépendance à la voiture.


La FCIQ s’est intéressée au lien entre la valeur de la cote Walk Score® et le prix des propriétés vendues par l’entremise du système Centris® pour les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Montréal, de Québec et de Gatineau.


Un modèle hédonique a été utilisé pour isoler l’effet de la cote Walk Score® de tout autre facteur ayant un effet sur la valeur des propriétés , soit, notamment, la taille des propriétés, la superficie des terrains, le nombre de pièces, la présence d’un garage, les vues qu’elles offrent, leur distance par rapport au centre-ville, etc.


Les statistiques descriptives révèlent que pour chacune des trois RMR, la cote du Walk Score® est en moyenne plus élevée pour les copropriétés que pour les unifamiliales, ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où les copropriétés sont habituellement situées dans des milieux où la densité est plus élevée et où les règlements de zonage permettent un usage mixte du territoire.

(voir le document complet)


 
 

Aussi dans ce numéro

 

Les Baromètres FCIQ du troisième trimestre de 2015 sont arrivés

La FCIQ participe à une enquête inédite sur la santé financière des immeubles en copropriété

L’agglomération de Saint-Jean-sur-Richelieu s’illustre au troisième trimestre de 2015

Les faibles taux d’intérêt auraient permis à près d’un Canadien sur quatre d’entrer sur le marché de l’habitation plus tôt que prévu

Un creux de plus de dix ans pour la construction résidentielle

Faits saillants économiques

 
 
 

Contactez-nous

 

Par courriel stats@fciq.ca


Suivez-nous sur Twitter et Facebook.


N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

 


Les Baromètres FCIQ du troisième trimestre de 2015 sont arrivés


Les Baromètres FCIQ du troisième trimestre de 2015 sont disponibles sur notre site Web (cliquez ici pour y accéder). N’hésitez pas à les consulter afin de connaître les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province et des six régions métropolitaines. Pour vous abonner et être avisé de la sortie des Baromètres dès leur publication, cliquez ici.


Retour en haut Back to top




La FCIQ participe à une enquête inédite sur la santé financière des immeubles en copropriété


La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), le Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ) et l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) ont dévoilé le 8 octobre dernier les résultats d’une étude sur les fonds de prévoyance des copropriétés, la toute première du genre au Québec.


Parmi les 863 gestionnaires et administrateurs de copropriétés ayant participé à l’enquête, 41 % ont indiqué avoir constaté une insuffisance des sommes disponibles dans leur fonds de prévoyance lorsqu’ils ont eu à effectuer des travaux majeurs de réparation ou de remplacement aux parties communes de leur immeuble. Parmi ceux-ci, au moins 61 % ont dû exiger de leurs copropriétaires le paiement d’une cotisation spéciale pour remédier à la situation.


Aussi, l’enquête a révélé que près de la moitié des syndicats de copropriété n’ont aucun outil de gestion (certificat d’état de l’ensemble de l’immeuble, carnet d’entretien, étude de fonds de prévoyance) pour assurer le financement des travaux d’entretien et de réparation de leur immeuble. À cet égard, seulement 24 % des répondants avaient fait appel à un expert externe pour évaluer les sommes à consacrer à leur fonds de prévoyance.


Finalement, pour les deux tiers des syndicats de copropriété, le solde du fonds de prévoyance est inférieur à 1 % de la valeur à neuf du bâtiment.


Retour en haut Back to top




L’agglomération de Saint-Jean-sur-Richelieu s’illustre au troisième trimestre de 2015


Au troisième trimestre de 2015, 233 transactions ont été réalisées dans l’agglomération de Saint-Jean-sur-Richelieu, soit un bond de 35 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit d’une deuxième hausse trimestrielle consécutive et d’une troisième augmentation en quatre trimestres. Par catégories de propriétés, 199 maisons unifamiliales ont trouvé preneurs (+45 %), ainsi que 20 copropriétés, 12 immeubles locatifs de deux à cinq logements et deux fermettes. Le prix médian des unifamiliales a progressé de 4 % par rapport aux mois de juillet à septembre 2014, pour se fixer à 242 000 $.


L’offre de propriétés résidentielles a également diminué de 10 % au troisième trimestre alors qu’il y avait, en moyenne, 940 inscriptions sur le système Centris® des courtiers immobiliers. De plus, chacune des trois principales catégories de propriétés a vu son nombre d’inscriptions en vigueur diminuer. Par ailleurs, les conditions du marché de l’unifamiliale se sont resserrées de juillet à septembre, mais demeurent légèrement à l’avantage des acheteurs (11,7 mois d’inventaire). Quant au délai de vente, il fallait compter, en moyenne, 114 jours pour qu’une unifamiliale trouve preneur, soit 6 jours de plus qu’au troisième trimestre l’an dernier.


Retour en haut Back to top





Les faibles taux d’intérêt auraient permis à près d’un Canadien sur quatre d’entrer sur le marché de l’habitation plus tôt que prévu


Selon un sondage de l’Institut info-patrimoine BMO effectué en juin 2015 et intitulé La dette des ménages canadiens : bonne, mauvaise ou menaçante, le contexte actuel de bas taux d’intérêt aurait incité 23 % des Canadiens à entrer sur le marché de l’habitation plus tôt que prévu et permis à 18 % d’entre eux d’acquérir une propriété plus spacieuse et plus chère. De plus, 35 % des répondants ont affirmé que la faiblesse des taux d’intérêt a fait en sorte qu’ils ont pu rembourser leur prêt hypothécaire plus rapidement.


De même, 53 % des Canadiens ont mentionné qu’ils seraient probablement en mesure d’absorber une hausse des taux d’intérêt qui causerait une augmentation mensuelle de 500 $ de leur paiement hypothécaire, bien qu’ils seraient incommodés (27 %) ou auraient à réviser leur budget (26 %). À l’opposé, 16 % des répondants seraient incapables d’effectuer un versement plus élevé, tandis que 9 % d’entre eux affirment qu’ils géreraient facilement cette hausse. Finalement, 19 % des personnes sondées par BMO ont indiqué ne pas détenir de prêt hypothécaire.



Pour lire le rapport complet, cliquez ici.


Retour en haut Back to top




Un creux de plus de dix ans pour la construction résidentielle


L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a diffusé ses prévisions économiques pour 2015 et 2016. L’organisme souligne notamment que le marché de la construction résidentielle enregistrera en 2015 le plus faible nombre de mises en chantier d’habitations depuis plus de dix ans. Un total de 35 550 mises en chantier est prévu au Québec en 2015, soit une diminution de 9 % par rapport à 2014. Cette baisse sera suivie par une légère hausse de 1 % en 2016, pour un total de 36 000 nouvelles constructions.


L’APCHQ souligne également le tournant qu’ont connu les mises en chantier de maisons unifamiliales individuelles au cours des dernières années. Alors qu’elle était de 35 % en 2013, la proportion de maisons individuelles dans les mises en chantier devrait atteindre 26 % en 2015 et en 2016. À l’inverse, du côté de la copropriété, la taille des immeubles construits est de plus en plus grande, témoignant d’une volonté d’accroître la densification, et ce, particulièrement dans la grande région de Montréal.


Le rapport attire aussi l’attention sur le défi que comporte l’accession à la propriété pour les ménages québécois. À 61 %, le taux de propriétaires des ménages au Québec est inférieur à la moyenne des autres provinces canadiennes, qui atteint 70 %, et l’APCHQ n’entrevoit pas d’amélioration à court terme à ce chapitre.


Pour lire le rapport complet, cliquez ici.


Retour en haut Back to top





Voici quelques points à retenir sur la conjoncture économique récente :


  • La Banque du Canada a décidé, le 21 octobre, de laisser inchangé son taux directeur à 0,5 %. L’économie canadienne continue de s’ajuster à la baisse des prix de l’énergie et des autres produits de base, ce qui a amené la Banque du Canada à revoir légèrement à la baisse ses prévisions de croissance économique pour 2016 et 2017.
  • Les données de l’enquête sur la population active de Statistique Canada montrent que l’emploi a progressé de 43 500 postes au troisième trimestre de 2015 par rapport au même trimestre en 2014. La région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal a affiché le gain le plus important, avec un bilan positif de 30 400 emplois en 12 mois. Le taux de chômage pour l’ensemble de la province a, quant à lui, diminué de 0,1 point de pourcentage, pour s’établir à 7,8 %.
  • Selon la SCHL, les mises en chantier d’habitations dans les centres de 10 000 habitants et plus au Québec ont augmenté de 43 % par rapport au mois de septembre 2014. Deux des six RMR de la province ont enregistré une hausse de leurs mises en chantier, soit celles de Montréal (+116 %) et de Sherbrooke (+25 %).

Pour consulter notre tableau de bord économique, cliquez ici.


À surveiller le mois prochain : l’emploi au Canada (6 novembre) et la confiance des consommateurs (25 novembre)


Pour ne pas manquer la sortie des indicateurs économiques qui influencent l’activité sur le marché immobilier au Québec, suivez nous sur Twitter ou sur Facebook. .



Retour en haut Back to top


© 2015 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.