Cliquez ici pour la version anglaise


Perspectives 2014 du marché immobilier résidentiel au Québec : l’atterrissage en douceur se poursuivra

L’année qui vient de s’achever a été marquée par le début d’un atterrissage en douceur pour le marché immobilier résidentiel au Québec qui, dans l’ensemble, a connu un rééquilibrage, accompagné de hausses de prix plus modérées. Cet atterrissage en douceur devrait se poursuivre en 2014, même si, contrairement à ce que l’on a observé en 2013, le nombre de ventes résidentielles devrait légèrement croître au cours de l’année.


L’environnement économique demeurera généralement favorable


Bien qu’une très légère hausse des taux hypothécaires soit anticipée au cours de la deuxième moitié de 2014, avec l’accélération prévue de la croissance économique mondiale et canadienne, l’environnement économique québécois devrait demeurer généralement favorable au marché immobilier résidentiel puisque d’autres facteurs favoriseront une augmentation de la demande.


En 2013, le marché de l’emploi a connu un bilan plutôt mitigé avec la création de seulement 14 700 postes à l’échelle provinciale, soit une hausse relativement faible d'à peine 0,4 %. Toutefois, la situation du marché de l’emploi devrait s’améliorer légèrement au Québec au cours des douze prochains mois et cela stimulera l’activité du marché immobilier sans pour autant en être le moteur le plus important. En revanche, la croissance démographique des dernières années, elle-même attribuable à une amélioration du solde migratoire net, sera la force principale qui tirera le marché de la revente vers ... (voir le document complet)



Retour en haut Back to top

 
 
 

Aussi dans ce numéro

 
 

Les Baromètres FCIQ du quatrième trimestre de 2013 sont arrivés

Bilan 2013 des ventes résidentielles au Québec

Un succès retentissant pour l’édition 2014 de la conférence « Fenêtre sur le marché »

La banlieue récolte la plus grande part des emplois créés dans la région de Montréal entre 2006 et 2011

Les transactions résidentielles ont grimpé de 13 % dans l’agglomération de Shawinigan en 2013

Les ventes augmenteront modestement en 2014 selon différentes sources

L’ACCHA fait état de la situation du marché hypothécaire canadien

Légère hausse des ventes résidentielles au Canada en 2013

Principaux indicateurs économiques

 
 
 
 

Contactez-nous

 
 

Par courriel stats@fciq.ca

Suivez-nous sur Twitter

Suivez-nous sur Facebook


 


Les Baromètres FCIQ du quatrième trimestre de 2013 sont arrivés

Les Baromètres FCIQ du quatrième trimestre de 2013 sont dès maintenant disponibles sur notre site Web (cliquez ici pour y accéder). N’hésitez pas à les consulter afin de connaître les plus récents résultats du marché immobilier dans la province et ceux de chacune de ses six régions métropolitaines. Pour vous abonner et être avisé de la sortie des Baromètres dès leur publication, cliquez ici.


Retour en haut Back to top




Bilan 2013 des ventes résidentielles au Québec

En 2013, 71 265 ventes résidentielles ont été réalisées par l’entremise du système Centris® des courtiers immobiliers, ce qui représente une baisse de 8 % par rapport à 2012. L’unifamiliale a enregistré la baisse des ventes la moins prononcée (-7 %), suivi du plex (-9 %), tandis que la copropriété a connu le ralentissement le plus marqué avec un recul des ventes de 10 % par rapport à 2012.


La très grande majorité des centres urbains de la province ont terminé l’année 2013 avec moins de ventes qu’en 2012. Parmi les régions métropolitaines, seule celle de Sherbrooke a fait mieux que la moyenne provinciale avec une baisse des ventes de 7 %. À l’opposé, la RMR de Saguenay a enregistré la plus forte baisse des ventes (-18 %). En ce qui a trait aux agglomérations, les baisses de ventes en 2013 ont oscillé entre -1 % à Sainte-Agathe et -27 % à Sept-Îles. Parmi les quelques agglomérations qui ont affiché une hausse du nombre de transactions en 2013, on retrouve notamment Mont-Laurier (+25 %), Shawinigan (+13 %), Sainte-Adèle (+10 %) et Rivière-du-Loup (+7 %).


Le prix médian des unifamiliales a atteint 225 000 $ en 2013 à l’échelle de la province, soit un niveau stable par rapport à celui observé en 2012. Quatre des six régions métropolitaines de recensement ont tout de même affiché une hausse du prix médian des unifamiliales en 2013, soit Montréal (+2 %), Sherbrooke (+2 %), Québec (+3 %) et Saguenay (+3 %). Dans tous les cas, il s’agit d’augmentations moins prononcées qu’en 2012.


Retour en haut Back to top




Un succès retentissant pour l’édition 2014 de la conférence « Fenêtre sur le marché »

La Fédération des chambres immobilières du Québec présentait, le 16 janvier dernier à Montréal, la troisième édition de sa conférence annuelle « Fenêtre sur le marché », en collaboration avec la Chambre immobilière du Grand Montréal. Plus de 450 intervenants de l’industrie participaient à cet événement qui avait lieu au Centre Mont-Royal. Le ministre des Finances et de l’Économie, Nicolas Marceau, a pris part à l’évènement. Il s’est adressé à la salle, en rappelant à son homologue du gouvernement fédéral, Jim Flaherty, que « de nouvelles mesures de restrictions hypothécaires pourraient nuire » au marché québécois.


La conférence « Fenêtre sur le marché » s’est également tenue à Québec le 21 janvier, cette fois en collaboration avec la Chambre immobilière de Québec. Plus de 150 intervenants de l’industrie participaient à cet événement qui avait lieu à La Scène Lebourgneuf. Il s’agissait de la deuxième édition de cette conférence annuelle dans la région de la Capitale-Nationale.


Retour en haut Back to top




La banlieue récolte la plus grande part des emplois créés dans la région de Montréal entre 2006 et 2011

La Ville de Montréal a récemment publié un rapport basé sur les dernières données de Statistiques Canada concernant l’évolution de l’emploi dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Comptant 1 800 080 postes en 2011, la RMR a bénéficié d’une augmentation de 3,2 %, soit un gain de 56 440 nouveaux emplois depuis 2006. Tandis que le niveau de l’emploi se maintenait dans l’agglomération de Montréal (+0,1 %), le reste de la RMR a enregistré une hausse remarquable de 9,3 %, représentant 55 475 nouveaux postes. À la fin de la dernière période intercensitaire, la banlieue de Montréal s’appropriait donc 36 % des emplois de la RMR, soit plus d’un emploi sur trois.


Géographiquement, le secteur de Ville-Marie demeurait le principal pôle en 2011, avec ses 317 903 emplois, comptant à lui seul plus d’un emploi sur quatre sur l’île de Montréal. L’arrondissement de St-Laurent (107 475 emplois) est arrivé en deuxième place avec une part de 9 % des emplois de l’île de Montréal, suivi de Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce avec 6 % (71 470 emplois).


Les services professionnels comptent pour un emploi sur dix sur l’île de Montréal


L’agglomération de Montréal a bénéficié de hausses considérables dans certains secteurs d’emplois entre 2006 et 2011. Les secteurs ayant enregistré les plus fortes augmentations ont été les soins de santé et d’assistance sociale, avec 10 120 nouveaux postes recensés, ainsi que les services professionnels, scientifiques et techniques, avec un gain de 9 660 emplois. Soulignons qu’un emploi sur dix était associé aux services professionnels en 2011 sur l’île de Montréal.


Retour en haut Back to top




Les transactions résidentielles ont grimpé de 13 % dans l’agglomération de Shawinigan en 2013


Alors que les ventes résidentielles diminuaient de 8 % au Québec en 2013, l’agglomération de Shawinigan a plutôt enregistré une augmentation de 13 %, pour un total de 406 transactions. Le nombre de propriétés vendues par l’entremise du système Centris® s’est fortement accru au quatrième trimestre de 2013, affichant une hausse de 37 % par rapport au dernier trimestre de 2012. Par catégorie de propriétés, les ventes d’unifamiliale ont augmenté de 13 % en 2013, pour un total de 335 transactions, alors que les ventes de plex ont grimpé de 5 % avec 62 transactions.


À l’instar des résultats provinciaux, le nombre d’inscriptions en vigueur dans l’agglomération de Shawinigan était en hausse par rapport à l’an dernier, se chiffrant à 416 propriétés, soit 20 % de plus qu’en 2012.


En ce qui a trait aux conditions du marché, les acheteurs ont vu leur avantage s’accroître légèrement en 2013, avec un nombre de mois d’inventaire moyen de 12 mois. Favorisant également les acheteurs, le marché du plex a toutefois vu son nombre de mois d’inventaire moyen fléchir de 3 mois.  


Bien que les conditions du marché aient été favorables aux acheteurs, le prix médian de l’unifamiliale s’est élevé de 2 % (120 500 $), tandis que celui du plex a augmenté de 4 %, pour atteindre 111 750 $ en 2013. Les résultats positifs pour l’unifamiliale sont grandement attribuables aux hausses de prix de 16 % enregistrées au quatrième trimestre de 2013 par rapport à la même période en 2012.


Finalement, si, à l’échelle du Québec, les délais de vente moyens se sont accrus pour l’unifamiliale et le plex, l’agglomération de Shawinigan a quant à elle vu ses délais de vente diminuer de 11 jours pour l’unifamiliale et de 34 jours pour les plex, avec des délais de ventes moyens respectifs de 100 et de 81 jours.

 



Retour en haut Back to top




Les ventes augmenteront modestement en 2014 selon différentes sources


Selon divers organismes, les perspectives du marché de l’habitation sont favorables pour la province de Québec en 2014, avec une hausse anticipée des transactions résidentielles s’échelonnant de 0,7 % à 3,0 %. Seule la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) prévoit une diminution de 2,7 %.



Le prix moyen résidentiel sera plutôt stable en 2014


En ce qui concerne l’évolution du prix des propriétés résidentielles pour la province, la majorité des organismes prévoit une relative stabilité des prix en 2014, soit des variations allant de -0,3 % à 1,9 %. Desjardins se montre plus optimiste pour 2014, avec un prix moyen estimé de 284 000 $, une hausse de 2,5 %.



De plus, selon la SCHL, le nombre de mises en chantier dans la province devrait demeurer inchangé en 2014 et atteindre 184 700 constructions. Cette stabilité prévue est principalement attribuable à l’offre déjà élevée de copropriétés qui devra être absorbée dans la majorité des secteurs de la province.


Prévisions de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ)


Selon les données réelles compilées par la FCIQ, 71 265 transactions ont été enregistrées dans la province de Québec en 2013. Une hausse de 3 % des ventes est anticipée en 2014, pour un total de 73 500 transactions. Quant à l’évolution du prix résidentiel provincial, la FCIQ se base sur le prix médian plutôt que sur le prix moyen. Pour l’unifamiliale, le prix médian a été de 225 000 $ en 2013 et devrait augmenter de 1 % pour atteindre 226 500 $.


Pour plus de détails concernant les prévisions de la FCIQ, cliquez ici.


Retour en haut Back to top




L’ACCHA fait état de la situation du marché hypothécaire canadien


Le plus récent rapport annuel sur l’état du marché hypothécaire résidentiel au Canada, publié en novembre 2013 par l’Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités (ACCHA), fait état de l’évolution des choix hypothécaires des ménages canadiens et des paramètres financiers qui y sont reliés. De plus, une section sur la confiance des consommateurs présente l’opinion et les prévisions des Canadiens par rapport au marché hypothécaire et à celui de l’habitation.


Parmi le 1,5 million de ménages qui ont renouvelé leur prêt hypothécaire en 2013, 975 000 ont vu leur taux d’intérêt diminuer, 350 000 ont subi une hausse et 175 000 ont gardé un taux stable. L’ACCHA estime également que le renouvellement hypothécaire devrait être bénéfique pour les emprunteurs en 2014. Il est attendu qu’une proportion de 96 % des ménages qui renouvelleront leur prêt prochainement le feront à un taux inférieur ou égal à leur taux actuel. D’ailleurs, malgré la faiblesse des taux hypothécaires, l’étude conclut que les prêteurs et les emprunteurs ont fait preuve de prudence de manière à pouvoir assumer leurs paiements lors de la remontée future des taux. Notamment, il a été évalué que la majorité des propriétaires pourraient absorber une hausse des taux hypothécaires jusqu’à 5 %. Aussi, selon l’ACCHA, 82 % des propriétaires ayant acheté une maison entre janvier et octobre 2013 ont opté pour un prêt à taux fixe.


Le rapport de l’ACCHA a également dévoilé que l’avoir net des propriétaires était estimé en moyenne à 66 % de la valeur de leur propriété. Parmi les détenteurs de prêt hypothécaire, 70 % avaient une valeur nette supérieure à 25 %.


Quant à la confiance des consommateurs, une majorité croissante d’individus sondés a affirmé croire fermement que l’immobilier est un bon investissement à long terme et que la dette hypothécaire est une « bonne dette ». En ce qui concerne l’évolution de la valeur des propriétés sur un horizon de 5 ans, 60 % des personnes interrogées ont répondu croire que la croissance sera modeste, voire nulle, alors qu’une minorité (8 %) avait des attentes négatives.


Le rapport de l’ACCHA renferme également des données concernant le crédit hypothécaire, les marges de crédit hypothécaire (MCH), les rabais de taux hypothécaires, ainsi que les prêts hypothécaires en souffrance.


Pour consulter le rapport complet, cliquez ici.


Retour en haut Back to top





Légère hausse des ventes résidentielles au Canada en 2013


Selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), 457 893 transactions résidentielles ont été réalisées au Canada par l’intermédiaire des systèmes MLS® en 2013, soit une hausse de 0,8 % par rapport aux 454 461 ventes conclues en 2012. Pour le mois de décembre 2013, 23 215 propriétés ont changé de mains au pays, en hausse de 12,9 % par rapport au même mois en 2012. Sur une base désaisonnalisée, les ventes ont connu une baisse de 1,8 % comparativement au mois de novembre 2013, soit une troisième baisse mensuelle consécutive (5,2 % sous le sommet atteint au mois de septembre 2013).


En 2013, dans l’est du Canada, les provinces de la Nouvelle-Écosse (-12,3 %), du Nouveau-Brunswick (-1,9 %), de Terre-Neuve-et-Labrador (-7,5 %) et de l’Île-du-Prince-Édouard (-11,7 %) ont affiché des baisses de ventes résidentielles. En ce qui concerne l’Ontario, les ventes résidentielles ont augmenté de 0,5 % par rapport à 2012. Dans l’ouest du Canada, les provinces du Manitoba (-1,5 %) et de la Saskatchewan (-2,5 %) ont subi des baisses, tandis que l’Alberta (+9,5 %) et la Colombie-Britannique (+7,8 %) ont enregistré des hausses.


Toujours selon l’Association canadienne de l’immeuble, le prix moyen MLS® de l’ensemble des propriétés résidentielles vendues au Canada a atteint 382 466 $ en 2013, en hausse de 5,2 % par rapport à 2012. De même, le prix moyen pour le mois de décembre 2013 a atteint 389 119 $, soit une hausse de 10,4 % par rapport au même mois en 2012.


Pour vous abonner à nos nouvelles économiques, cliquez ici.

Retour en haut Back to top



Principaux indicateurs économiques - Décembre 2013


(1) Proportion de personnes ayant répondu "Oui" à cette question.
Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle et celles de couleur rouge une mauvaise nouvelle. Les flèches bidirectionnelles indiquent une stabilité.
Sources : Banque du Canada, Statistique Canada, Conference Board et SCHL.

 

Retour en haut Back to top

 
© 2014 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.