Les ventes de copropriétés perdent de leur élan

Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS® au Québec. Mais voilà que depuis maintenant trois mois, le nombre de copropriétés vendues par l'intermédiaire des coutiers immobiliers au Québec est en baisse. Alors que de septembre 2011 à mai 2012, les ventes de copropriétés à travers la province ont progressé de 10 %, elles ont plutôt diminué de 5 % de juin à août 2012. Qui plus est, cette baisse est assez généralisée sur le plan géographique.


Outre les reculs des ventes au cours des trois derniers mois dans les régions métropolitaines de Sherbrooke, Québec et Gatineau, sur l'île de Montréal, qui compte pour près de la moitié des copropriétés vendues à travers toute la province, le recul est de 8 %. Seules la Rive-Nord et la Rive-Sud de Montréal ont fait mentir la tendance, enregistrant des hausses respectives de 4 % et 2 % au cours des trois derniers mois, des taux de croissance toutefois nettement en deçà de ceux des neuf mois précédents.

Les conditions de marché se détendent

En parallèle, la tendance des douze derniers mois au niveau des inscriptions en vigueur ne fait pas de doute (voir le document complet)


Retour en haut Back to top

 
 
 

Aussi dans ce numéro

 
 

Les ventes résidentielles fléchissent en août

Le marché résidentiel de la région de Gatineau - un des plus serrés de la province

Baisse du nombre de faillites au deuxième trimestre

Baisse des mises en chantier prévue en 2013

Les impacts des resserrements des règles hypothécaires

Croissance modérée des prix des copropriétés en 2013 selon Genworth et le Conference Board

Les ventes résidentielles également en baisse à l'échelle du Canada en août

Principaux indicateurs économiques

 
 
 
 

Contactez-nous

 
 

Par courriel : stats@fciq.ca

Suivez-nous sur Twitter

 

Les ventes résidentielles fléchissent en août au Québec

Le nombre de ventes résidentielles conclues par l'intermédiaire des courtiers immobiliers au Québec a diminué de 6 % en août 2012 comparativement à la même période l'an dernier. Il s'agit de la deuxième baisse au cours des trois derniers mois. En juin, la diminution des ventes (-1 %) avait mis fin à une série de douze hausses mensuelles consécutives. Le recul des ventes en août a été généralisé à toutes les régions métropolitaines de la province, sans exception : Gatineau, -3 %; Québec, - 26 %; Montréal, -7 %; Saguenay, -9 %; Sherbrooke, -19 % et Trois-Rivières, -32 %.


Des statistiques détaillées sur l'activité MLS® pour la province et chacune des régions métropolitaines sont disponibles chaque mois dans la section « Carrefour statistiques MLS® » du site Web de la FCIQ. Pour les consulter, cliquez ici.


Retour en haut Back to top


Le marché résidentiel de la région de Gatineau est un des plus serrés de la province

De janvier à août 2012, le nombre de transactions résidentielles conclues par l'intermédiaire des courtiers immobiliers dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Gatineau a augmenté de 5 % par rapport à la même période un an auparavant. Avec une augmentation de 16 % des inscriptions en vigueur, cette région n'échappe pas à la tendance à la hausse observée dans la grande majorité des centres urbains de la province. Les conditions de marché de la RMR de Gatineau se sont donc légèrement détendues, mais demeurent parmi les plus serrées de la province, avec un écoulement de l'inventaire de seulement 6,4 mois, toutes catégories de propriétés confondues, ce qui confère un avantage aux vendeurs. Les délais de vente y sont aussi parmi les plus courts de la province, avec une moyenne de 64 jours depuis le début de l'année. Le prix médian d'une unifamiliale a augmenté de manière modérée (+3 %) au cours des huit premiers mois de 2012, mais la progression des prix est plus prononcée pour les plex (+7 %) et la copropriété (+8 %).


Retour en haut Back to top


Baisse du nombre de faillites au deuxième trimestre de 2012

Selon les données du Bureau du surintendant des faillites du Canada, 6 328 consommateurs ont déclaré faillite au Québec au deuxième trimestre de 2012, ce qui représente une diminution de 6 % comparativement au même trimestre de l'année précédente. Par ailleurs, plus de Québécois, soit 2 833 consommateurs contre 2 513 au deuxième trimestre de 2011 (+13 %), ont présenté une proposition à leurs créanciers afin de renégocier leurs conditions de remboursement et d'alléger leur dette. Au total, le nombre de dossiers d'insolvabilité (faillites et propositions) déposés par les consommateurs du Québec d'avril à juin 2012 a diminué de 1 % par rapport à la même période en 2011. Les régions administratives (RA) de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (-32 %) et de l'Estrie (-16 %) sont celles où le nombre de consommateurs ayant déposé un dossier d'insolvabilité a le plus diminué au deuxième trimestre de 2012. Ce nombre a également reculé de façon importante dans les RA de Montréal (-7 %) et du Bas-Saint-Laurent (-6 %). Les régions de Laval et de la Montérégie ont quant à elles enregistré les augmentations les plus fortes, soit respectivement 13 % et 9 %. Pour consulter les statistiques sur l'insolvabilité au Canada, cliquez ici.


Retour en haut Back to top


Baisse des mises en chantier prévue en 2013

L'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ) vient de dévoiler ses prévisions de mises en chantier pour l'année 2013. Le nombre de nouvelles constructions résidentielles devrait s'élever à 40 000 unités au Québec en 2013, ce qui représente une baisse de 11 % par rapport aux 45 000 unités attendues cette année. Dans les centres urbains de la province, la copropriété dominera, avec 15 000 unités en chantier, comparativement à 14 000 unités pour les maisons en propriété absolue et 5 500 unités pour les logements locatifs et coopératifs. L'Association mentionne également que le segment des premiers acheteurs sera directement affecté par le plus récent resserrement des règles de l'assurance prêt hypothécaire, entré en vigueur en juillet. Selon un sondage réalisé cet été, les premiers acheteurs compteraient pour près de la moitié des acheteurs de propriétés neuves. Près de 40 % d'entre eux avaient eux recours à un financement dont la période d'amortissement dépassait 25 ans. Pour consulter le communiqué de presse de l'APCHQ, cliquez ici.



Retour en haut Back to top


Les impacts des resserrements des règles hypothécaires selon la TD

Dans un rapport publié en septembre, la Banque TD a analysé les effets des récents resserrements des règles hypothécaires au Canada. Dans le but de freiner l'endettement des ménages et de refroidir le marché immobilier, le ministre des Finances a resserré à trois reprises, entre 2008 et 2011, les conditions des prêts hypothécaires assurés garantis par le gouvernement canadien. Rappelons que la mise de fonds minimale a notamment été augmentée de 0 % à 5 %, et que la période maximale d'amortissement des nouveaux prêts a été progressivement réduite de 40 à 30 ans. La TD estime que ces mesures ont eu pour effet de diminuer de 17 % le nombre de transactions MLS® conclues au Canada sur la période 2008-2011. Outre le fait que certains premiers acheteurs potentiels ont pu être évincés du marché, d'autres ont dû acheter des propriétés moins dispendieuses. Les marchés les moins abordables, tel celui de Vancouver, auraient été davantage affectés par ces mesures.


L'impact du resserrement de juillet 2012, qui réduit de 30 à 25 ans la période maximale d'amortissement, est une baisse estimée à 5 % pour les ventes, et à 3 % pour le niveau des prix, d'ici la fin de 2013. Ce quatrième resserrement aurait un impact plus grand sur le marché du fait que les hypothèques amorties sur 30 ans ont été plus populaires que celles amorties sur 35 ou 40 ans. La TD conclut qu'une hausse des taux d'intérêt sera malgré tout nécessaire pour freiner la progression de l'endettement des ménages et véritablement ralentir le marché immobilier. La Banque reste d'avis que le prix des propriétés était surévalué de 10 % à 15 % au Canada à la fin de 2011. Pour consulter le rapport complet (en anglais seulement), cliquez ici.



Retour en haut Back to top


Croissance modérée des prix des copropriétés en 2013 selon Genworth et le Conference Board

Dans leur plus récent rapport sur les perspectives du marché de la copropriété, Genworth Canada et le Conference Board du Canada anticipent des croissances de prix modérés en 2013 dans sept des huit principales régions métropolitaines du pays, l'exception étant Vancouver où une baisse de prix de 2 % est prévue. Dans la région de Montréal, malgré une hausse appréciable de l'inventaire de copropriétés à vendre, on s'attend à une croissance de 2,4 % du prix moyen des copropriétés en 2013. On prévoit également une chute significative des mises en chantier de copropriétés d'ici la fin de l'année, suivie d'un autre repli de 16 % l'an prochain. Dans la région de Québec, les deux organismes s'attendent, en 2013, à une augmentation des ventes et des prix moyens des copropriétés respectivement de 3 % et 2,1 %, conjuguée elle aussi à un ralentissement important (-24 %) des mises en chantier. La faiblesse continue des taux d'intérêt et la croissance démographique sont les deux principaux facteurs évoqués pour expliquer la demande soutenue pour la copropriété prévue dans les principaux centres urbains du Canada l'an prochain. Pour consulter le rapport complet (disponible en anglais seulement), cliquez ici.



Retour en haut Back to top


Les ventes résidentielles également en baisse à l'échelle du Canada en août

Selon l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), 36 235 transactions résidentielles ont été réalisées au Canada par l'intermédiaire du système MLS® en août 2012, ce qui représente une diminution de 8,9 % par rapport au même mois en 2011. Cette baisse survient après que le marché canadien ait connu une hausse de 3,2 % en juillet. Le recul des ventes en août a été généralisé. Ainsi, le nombre de transactions a fortement diminué en Colombie-Britannique (-17,9 %) et à l'Île-du-Prince-Édouard (-12,3 %), alors que la baisse des ventes a été de 6,3 % au Québec et de 11 % en Ontario. L'Alberta (+5,3 %) et le Nouveau-Brunswick (+0,5 %) sont les seules provinces qui ont enregistré des augmentations de ventes par rapport à août 2011.


Par ailleurs, le prix moyen de l'ensemble des propriétés vendues au Canada s'est établi à 350 192 $ en août 2012, soit un prix comparable à celui d'août 2011 (+ 0,3 %). L'ACI note que le prix moyen national continue d'indiquer une baisse sous l'effet d'un recul des ventes dans les régions du Canada où les propriétés sont les plus dispendieuses. Par exemple, si on exclut le Grand Vancouver du calcul, on obtient une hausse de 3,3 % du prix moyen au Canada en août 2012.



Pour vous abonner à nos nouvelles économiques, cliquez ici.


Retour en haut Back to top


Principaux indicateurs économiques - Août 2012


(1) Proportion de personnes ayant répondu « Oui » à cette question.
Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle et celles de couleur rouge, une mauvaise nouvelle. Les flèches bidirectionnelles indiquent une stabilité.
Sources : Banque du Canada, Statistique Canada, Conference Board et SCHL.

 

Retour en haut Back to top

 
© 2012 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.