L'importance de suivre l'évolution de la confiance des consommateurs

La vitalité du marché immobilier résidentiel est principalement influencée par trois facteurs fondamentaux : 1) la performance du marché du travail; 2) l'évolution des taux hypothécaires; 3) la confiance des consommateurs. Ce dernier facteur est le reflet de la perception des consommateurs envers les conditions économiques actuelles et futures. Au Canada, le Conference Board du Canada publie un indice qui vise à mesurer ces perceptions à l'aide d'une enquête réalisée tous les mois auprès des ménages des différentes provinces du pays. L'enquête est composée de quatre questions portant sur la perception des ménages quant au marché du travail, à leurs finances personnelles et à leur sentiment face à un achat majeur. Ce dernier aspect revêt un intérêt tout particulier pour prévoir l'évolution du marché immobilier, puisque les ménages sont appelés à se prononcer sur la perspective suivante : « Est-ce que, selon vous, le moment est propice pour faire un achat important telle une propriété? » On s'intéresse ici (voir le document complet)

Retour en haut Back to top

 
 
 

Dans ce numéro

 
 

L'importance de suivre l'évolution de la confiance des consommateurs

Les ventes de maisons luxueuses augmentent

Côte-Nord : annonce d'un important investissement

L'accessibilité se détériore au Québec selon la RBC

Les Canadiens achètent des propriétés aux États-Unis

L'inflation est demeurée élevée mais stable en avril

Principaux indicateurs économiques

 
 
 
 

Contactez-nous

 
 

Par courriel stats@fciq.ca

Suivez-nous sur Twitter

 

Malgré le marché baissier, les ventes de maisons luxueuses augmentent dans la région de Montréal

De janvier à avril 2011, les ventes de maisons unifamiliales dans la région métropolitaine de Montréal ont accusé une baisse de 14 % par rapport à la même période l'an dernier. Pourtant, les ventes de maisons de plus d'un million de dollars étaient en hausse de 13 % en ce début d'année. On a enregistré 108 ventes sur le système MLS® dans cette gamme de prix, dont 97 sur l'île de Montréal. La même tendance n'a toutefois pas été observée du côté des copropriétés de luxe. À l'image de l'ensemble du marché, les ventes de copropriétés de plus de 500 000 $ étaient en baisse dans la région de Montréal (‑ 4 %) au cours des quatre premiers mois de l'année, avec 180 ventes.

Retour en haut Back to top


Côte-Nord : annonce du plus important investissement privé au Québec en plus de 12 ans

La compagnie minière ArcelorMittal a annoncé le 20 mai dernier des investissements de 2,1 milliards de dollars sur la Côte-Nord du Québec. Il s'agit du plus gros investissement privé depuis la construction de l'aluminerie Alcan au Saguenay amorcée en 1998. Quelque 8 000 emplois directs et indirects seront créés et plusieurs retombées économiques sont déjà ou seront ressenties, principalement à Fermont et à Port-Cartier, les deux villes les plus touchées par cet investissement. On s'attend donc à une certaine effervescence du marché immobilier au cours des prochaines années, d'autant plus qu'il y a déjà une rareté dans cette région. Entre 2005 et 2010, le prix médian des maisons des MRC de Sept-Rivières et Caniapiscau, où se trouvent notamment les villes de Fermont et Port-Cartier, a augmenté de 64 % (à 155 750 $ en 2010), soit plus que la hausse provinciale pour la même période, qui a été de 33 %.

Retour en haut Back to top


L'accessibilité se détériore au Québec selon la RBC

Selon la Banque Royale du Canada (RBC), l'accessibilité à la propriété s'est légèrement détériorée au Québec au premier trimestre de 2011, principalement en raison de l'augmentation du prix des propriétés. Au cours des deux derniers trimestres de 2010, l'accessibilité s'était améliorée grâce à des baisses de taux d'intérêt, mais ça n'a pas été le cas lors du premier trimestre de cette année. La RBC anticipe que des hausses de taux d'intérêt durant l'année pourraient faire augmenter davantage les coûts d'accession à la propriété et venir ralentir la demande des acheteurs. L'indice d'accessibilité de la RBC est basé sur la proportion du revenu médian avant impôt qu'un ménage qui souhaite accéder à la propriété doit consacrer à son hypothèque, à ses taxes foncières et aux autres services publics. Au Québec, au premier trimestre de 2011, cette proportion était de 35,6 % pour un bungalow type, de 43,2 % pour une maison à deux étages type et de 28,9 % pour un appartement en copropriété type. Pour consulter l'étude, cliquez ici.

Retour en haut Back to top


Beaucoup de Canadiens achètent des propriétés aux États-Unis

D'après une étude réalisée par la National Association of Realtors, les Canadiens sont les acheteurs étrangers les plus actifs sur le marché immobilier résidentiel aux États-Unis pour une quatrième année consécutive. Les Canadiens ont compté pour 23 % des achats de propriétés réalisés par des étrangers aux États-Unis sur la période allant d'avril 2010 à mars 2011. Les Chinois arrivent au deuxième rang avec 9 %. Les acheteurs canadiens ont surtout été actifs dans les États de la Floride et de l'Arizona. La force du dollar canadien par rapport au dollar américain, le prix abordable des propriétés au sud de la frontière et les perspectives d'appréciation des valeurs seraient les principales raisons à l'origine de ce phénomène. Pour consulter l'étude (en anglais seulement), cliquez ici.

Retour en haut Back to top


L'inflation est demeurée élevée mais stable au Canada en avril

Selon Statistique Canada, les prix à la consommation ont augmenté de 3,3 % au Canada sur la période de 12 mois se terminant en avril 2011, soit une hausse identique à celle enregistrée le mois précédent. Rappelons que le taux d'inflation était passé de 2,2 % en février à 3,3 % en mars dernier pour atteindre le taux le plus élevé depuis septembre 2008. C'est principalement le coût plus élevé de l'énergie et des aliments qui explique la hausse des prix en avril. Les prix de l'énergie ont progressé de 17,1 % entre avril 2010 et avril 2011, notamment en raison d'une montée de 26,4 % des prix de l'essence. Finalement, les consommateurs canadiens ont payé des prix de 3,7 % plus élevés qu'un an auparavant pour leurs aliments achetés en avril 2011.


Pour vous abonner à nos nouvelles économiques, cliquez ici.

Retour en haut Back to top


Principaux indicateurs économiques - Avril 2011


(1) Proportion de personnes ayant répondu "Oui" à cette question.
Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle et celles de couleur rouge une mauvaise nouvelle. Les flèches bidirectionnelles indiquent une stabilité.
Sources : Banque du Canada, Statistique Canada, Conference Board et SCHL.

 

Retour en haut Back to top

 
© 2011 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.