La Fédération > Pourquoi un courtier ? > Conseils pour les acheteurs

CONSEILS POUR LES ACHETEURS

invisible
Prenez le temps d’analyser vos besoins

Vous rêvez d’une grande maison au bord d’un lac? Est-ce vraiment la propriété qui répond à vos besoins? Il faut parfois savoir faire la différence entre la maison de nos rêves et celle qui nous convient réellement. Avant de commencer vos recherches, prenez le temps de réfléchir.

Vos besoins

Chaque famille a ses propres besoins et priorités. Combien de chambres et de salles de bain vous faut-il? Une salle à manger est-elle vraiment nécessaire? Et le garage, deviendra-t-il un autre espace de rangement?

Vos goûts

Tenez compte de vos goûts et de vos habiletés. Si vous n’êtes pas bricoleur, évitez les maisons qui ont besoin d’importantes rénovations. Coup de cœur pour un grand terrain? N’oubliez pas que vous devrez l’entretenir. Si vous préférez la vie urbaine pour vous rapprocher des services, des salles de spectacles et des restos branchés, attendez-vous à vivre dans un milieu plus bruyant et moins vert. En résumé, établissez vos priorités!

Quel est votre budget?

Ne faites pas l’erreur d’acheter une maison dont le prix dépasse vos moyens. Pour trouver la propriété qui vous convient, ajustez vos besoins à votre budget. Une fois que vous serez devenu propriétaire, votre investissement prendra de la valeur et vous permettra d’opter, plus tard, pour une propriété plus près de votre idéal. Au départ, pensez surtout à faire des réserves pour les frais relatifs à l’achat et aux imprévus. N’oubliez pas non plus l’entretien, les assurances et les réparations, dont les frais annuels correspondent généralement à 2 % ou 3 % du prix de la maison.

Votre environnement

Votre environnement est aussi un facteur important. Y a-t-il une garderie ou une école à proximité? Vos enfants pourront-ils utiliser le transport en commun ou devrez-vous les conduire à leurs activités? Pensez aussi à la distance qui vous sépare du travail.

Maison unifamiliale, copropriété ou plex?

La maison unifamiliale est de loin la propriété la plus populaire. Les avantages sont multiples : vous pouvez l’aménager comme bon vous semble et vous bénéficiez d’un maximum d’intimité puisque personne d’autre n’habite l’immeuble. Toutefois, l’entretien extérieur demande temps et argent.

La copropriété, qui gagne en popularité, convient bien à ceux qui ont peu de temps à consacrer à l’entretien d’un terrain. Il faut cependant choisir un immeuble dont les copropriétaires ont un profil semblable au vôtre, car vous devrez vous entendre avec eux sur plusieurs aspects importants, comme les travaux de rénovation et l’entretien de l’immeuble. Pensez aussi aux frais de copropriété, que vous devrez assumer comme tous les autres copropriétaires de l’immeuble.

Le « plex » est une propriété locative de deux, trois, quatre ou cinq logements (duplex, triplex, quadruplex, quintuplex). Ses avantages financiers sont indéniables : la perception de loyer vous aide à payer l’hypothèque, et une partie des frais d’intérêt est déductible d’impôt (puisqu’une portion de l’emprunt hypothécaire vous a servi à obtenir un revenu de placement). Vous pouvez également déduire de vos revenus imposables les sommes investies dans l’entretien des logements de vos locataires. Le plex n’offre toutefois pas la même intimité qu’une maison unifamiliale.

Votre courtier immobilier possède l’expertise nécessaire pour vous aider à faire le meilleur choix.

Comment choisir sa copropriété?

Il existe deux types de copropriété : divise et indivise. Dans une copropriété divise, l’acheteur est seul et unique propriétaire de son appartement. Il a le droit de le vendre ou le léguer comme bon lui semble. Toutefois, il partage avec les autres copropriétaires la propriété des espaces communs tels que terrain, corridors, ascenseur, etc.

Dans certains cas, plus rarement, la copropriété peut être indivise; les acheteurs ont alors en commun à la fois leurs hypothèques, leurs droits et leurs obligations.

Un syndicat de copropriété (conseil d’administration) est élu par les copropriétaires pour s’occuper de la gestion de l’immeuble. Afin de mieux apprécier la vie communautaire, choisissez un immeuble où les occupants ont un revenu, un statut professionnel et autres caractéristiques semblables aux vôtres. Cela favorisera une meilleure entente.

L’emplacement d’une copropriété est aussi un facteur important. Choisissez un appartement bien situé. Une vue intéressante, un environnement paisible et une bonne luminosité, de même que la proximité des services et des moyens de transport, vous assureront une bonne valeur de revente.

La superficie de l’appartement et la qualité de sa construction sont aussi des éléments déterminants. Bien que certains immeubles luxueux soient conçus afin que chaque unité dispose d’une entrée privée ou semi-privée, la copropriété n’offre pas toujours l’intimité d’une maison unifamiliale. Veillez à la qualité de l’insonorisation.

Quels sont les services offerts par l’immeuble? Y a-t-il un garage, une piscine, un sauna, un terrain de tennis ou une salle d’entraînement physique? Un garage intérieur peut augmenter la valeur d’une copropriété, mais il est inutile d’avoir une piscine si vous n’aimez pas vous baigner. N’oubliez pas que les frais de copropriété doivent couvrir l’entretien de tous les équipements et services, que vous les utilisiez ou non.

Lorsque vous signez une promesse d’achat pour une copropriété, ayez soin d’indiquer qu’elle est conditionnelle à l’étude de la déclaration de copropriété et de l’inspection. Faites vérifier ce document par un avocat ou un notaire et lisez attentivement tous les règlements de la copropriété (animaux domestiques, stationnement, etc.). Vérifiez aussi le montant d’argent qui se trouve dans le fonds de réserve, particulièrement pour les constructions plus anciennes.

Bien choisir sa résidence secondaire

Le marché des résidences secondaires est en pleine expansion depuis quelques années. De plus en plus de ménages optent pour ce type de propriété, que ce soit pour la retraite ou par désir de vivre dans un milieu tranquille, plus près de la nature.

L’achat d’une résidence secondaire exige autant de précautions que l’achat d’une propriété en milieu urbain. Il faut non seulement tenir compte de l’environnement, des services et de la qualité de la construction, mais aussi de vos besoins et des conséquences de cet achat sur votre budget.

Première étape : déterminer ses besoins

Afin de faire un choix éclairé, réfléchissez à vos préférences et à votre mode de vie. Quelle utilisation souhaitez-vous faire de votre résidence? Pratiquez-vous des sports nautiques ou êtes-vous plutôt fervent de sports d’hiver? Souhaitez-vous recevoir vos amis à la campagne ou préférez-vous un endroit tranquille pour être seul? Êtes-vous bricoleur? Quelle distance vous semble acceptable entre votre résidence principale et une résidence secondaire? Désirez-vous l’utiliser à longueur d’année ou la louer de temps à autre?

Deuxième étape : trouvez l’emplacement idéal

La valeur d’une maison de campagne est intimement liée à son environnement et à son accessibilité. En règle générale, les acheteurs recherchent une maison confortable, située dans un endroit où ils pourront profiter de la nature et s’adonner à leurs sports et loisirs favoris, tant l’hiver que l’été. Assurez-vous de profiter pleinement de votre investissement en trouvant un environnement facile d’accès qui concorde avec votre mode de vie.

Et bien sûr, faites vos calculs!

Rappelez-vous qu’une deuxième maison entraîne des frais fixes substantiels : assurances, taxes, chauffage, téléphone, électricité, eau, sans oublier l’investissement en argent et en temps que supposent le transport et l’entretien. La tonte du gazon, les travaux de jardinage, de même que les rénovations qui deviendront nécessaires au fil des ans risquent d’impliquer des dépenses importantes. Assurez-vous que le montant consacré à votre résidence secondaire est compatible avec votre budget.

Des outils pour le financement

De nombreux outils peuvent vous aider à évaluer votre situation financière et, ainsi, à réaliser votre rêve de devenir propriétaire.

Capacité d’emprunt et prêt hypothécaire préétabli

Lorsque vous commencez à rechercher une propriété, vous avez avantage à connaître votre capacité d’emprunt. Ainsi, vous saurez vers quel type de propriété vous tourner pour vos recherches. Une bonne façon de faire consiste à obtenir un prêt hypothécaire préétabli avant même d’avoir trouvé votre propriété. Ainsi, vous connaîtrez la somme que vous pouvez emprunter, le taux d’intérêt et le montant de chaque versement. Vous pourrez donc rechercher une propriété à la mesure de vos moyens.

Le Régime d’accession à la propriété (RAP)

Le Régime d’accession à la propriété (RAP) est un programme gouvernemental qui permet à tout acheteur d’utiliser ses économies versées dans un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour financer l’achat d’une propriété sans avoir à payer d’impôt sur le retrait. Les fonds retirés doivent être remis dans le REER dans les délais fixés par le programme.

L’assurance prêt hypothécaire

Vous rêvez d’acheter une propriété, mais vous disposez de moins de 20 % du prix d’achat pour la mise de fonds? L’assurance prêt hypothécaire pourrait vous aider à concrétiser votre rêve… Habituellement, les prêteurs exigent une assurance prêt hypothécaire lorsque l’emprunteur verse une mise de fonds inférieure à 20 % du prix d’achat de la propriété.

L’assurance prêt hypothécaire s’applique à divers types de propriétés neuves ou existantes. Il faut aussi garder à l’esprit que plus la mise de fonds est modeste, plus les versements hypothécaires et le coût total de l’achat seront élevés. L’assurance prêt hypothécaire est offerte au Canada par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), par Genworth Canada et par Canada Guaranty.

Pensez aux frais de démarrage

La mise de fonds et le paiement de l’hypothèque ne sont pas les seuls coûts à considérer au moment de l’achat d’une propriété. En effet, vous devez disposer de liquidités suffisantes pour couvrir les frais de démarrage.

Plusieurs prêteurs hypothécaires s’assureront que vous avez ces fonds en votre possession avant de vous accorder un prêt. Le montant du prêt hypothécaire dépend de la valeur de la maison et ne peut pas servir à assumer les frais de démarrage.

Voici certains frais de démarrage courants :

  • inspection et évaluation de la propriété;
  • étude du dossier par l’assureur hypothécaire, si applicable, de même que les taxes sur la prime;
  • honoraires de notaire;
  • frais d’ajustement de comptes indiqués par le notaire (électricité, chauffage, taxes municipales et scolaires, contrat de location d’équipement, etc.);
  • droits de mutation immobilière (« taxe de bienvenue »)*;
  • frais de déménagement;
  • frais de branchement (téléphone, électricité, etc.);
  • aménagement (peinture, rideaux, etc.).

Par ailleurs, prévoyez vos besoins futurs (travaux de rénovation et d’agrandissement, achat et installation d’une piscine, etc.) et les moyens de financer ces projets.

* Informez-vous auprès de votre municipalité pour savoir si vous êtes admissible à une exonération de paiement.

Les professionnels qui interviennent dans votre transaction

Quand vous achetez une propriété, vous côtoyez plusieurs professionnels qui travaillent, de concert avec votre courtier, dans le domaine de l’immobilier. Comme le courtier immobilier est au centre de la transaction immobilière, il est en mesure de coordonner votre transaction en collaborant avec chacun des autres professionnels qui interviennent dans l’achat de votre propriété. Voici un aperçu des services de chaque intervenant.

L’arpenteur-géomètre

L’arpenteur-géomètre est la seule personne autorisée par la loi à délimiter la propriété publique et privée au Québec. Le propriétaire peut avoir recours à ses services pour déterminer les limites de son terrain par un piquetage ou encore pour rédiger un certificat de localisation.

L’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec regroupe tous les membres de la profession.

Le courtier hypothécaire

Le courtier hypothécaire s’efforce de trouver le meilleur contrat hypothécaire pour ses clients. Il peut dénicher le contrat dont les conditions sont les mieux adaptées à vos besoins : possibilité de remboursement anticipé, durée de l’amortissement, financement d’une maison ancienne, octroi d’un prêt à un travailleur autonome, etc.

Les courtiers hypothécaires doivent détenir un certificat de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ). Vous pouvez consulter le site Web de l’Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités.

L’évaluateur

L’évaluateur agréé donne une estimation objective de la valeur d’une propriété. Ses évaluations sont utilisées aux fins d’assurance, d’hypothèque, de règlement de succession ou de partage des biens. Il peut agir comme témoin expert devant les tribunaux, et son rapport est une pièce justificative de la valeur d’une maison.

Pour utiliser le titre d’évaluateur agréé et apposer les initiales « É.A. » à côté de sa signature, l’évaluateur doit être membre de l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec.

L’inspecteur en bâtiment

Avant d’acheter une propriété, il est fortement recommandé de demander à un expert d’en faire l’inspection.

La profession d’inspecteur en bâtiment n’étant soumise à aucun contrôle gouvernemental, il est indiqué de faire appel aux inspecteurs membres de l’un des ordres professionnels suivants : technologues, ingénieurs, évaluateurs agréés et architectes. Les inspecteurs membres de l’un de ces ordres professionnels offrent au public une plus grande sécurité puisqu’ils sont encadrés professionnellement par leur ordre. L’obligation de détenir une assurance professionnelle est aussi une condition d’adhésion. Au Québec, c’est l’Association des inspecteurs en bâtiment du Québec qui est chargée de faire respecter les normes par ses membres.

Pour plus d’information, visitez le site de l’Association des inspecteurs en bâtiment du Québec ou le site Inspection Préachat.org.

Le notaire

Les services d’un notaire sont indispensables lors d’une transaction immobilière. Il est le seul professionnel, avec l’avocat, à avoir le droit de rédiger un acte hypothécaire. De plus, il s’occupe de la rédaction de l’acte de vente et fait les recherches de titres pour s’assurer que la propriété achetée est libre de toute obligation.

Les notaires sont membres de la Chambre des notaires du Québec.