Communiqués > Marché immobilier résidentiel en Abitibi-Témiscamingue : l’avantage est aux vendeurs

Rouyn-Noranda, le 16 avril 2018 — La Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel des agglomérations de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 84 ventes résidentielles ont été réalisées dans l’agglomération de Val-d’Or au premier trimestre de 2018, ce qui représente une augmentation de 2 % par rapport au même trimestre en 2017; dans l’agglomération de Rouyn-Noranda, on a recensé 103 ventes, soit une diminution de 3 %.

Pour Val-d’Or, la hausse des ventes est uniquement attribuable aux plex de deux à cinq logements, leurs ventes étant passées de 7 à 13. Les unifamiliales ont pour leur part vu leur nombre de transactions diminuer de 4 %, tandis que deux copropriétés ont été vendues, comparativement à trois au premier trimestre de 2017.

Le nombre de propriétés à vendre a poursuivi sa descente rapide amorcée au deuxième trimestre de 2016. On comptait en moyenne 215 propriétés résidentielles à vendre au cours des trois premiers mois de l’année, soit une diminution de 22 %. « L’offre de propriétés a fondu à Val-d’Or », note Hélène Charette, directrice générale de la Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour cette région. « Avec ces fortes baisses successives des inscriptions en vigueur, les conditions du marché avantagent désormais les vendeurs », explique Mme Charette.

Le prix médian des unifamiliales dans l’agglomération de Val-d’Or est demeuré stable au premier trimestre de 2018, à 230 000 $. Cette stagnation contraste avec le résultat du quatrième trimestre de l’an dernier, où le prix médian des maisons avait bondi de 23 %. Finalement, le temps requis pour qu’une maison trouve preneur a diminué de 46 jours, atteignant en moyenne 103 jours.

Du côté de Rouyn-Noranda, la diminution des ventes résidentielles s’explique par les replis observés pour l’unifamiliale et les copropriétés. Ainsi, les 87 ventes de maisons représentent une baisse de 3 %, et 4 copropriétés ont changé de mains, contre 6, un an auparavant. Seuls les petits immeubles à revenus ont vu leurs ventes augmenter, passant de 10 à 12.

L’offre de propriétés à vendre a diminué pour un quatrième trimestre consécutif dans l’agglomération de Rouyn-Noranda, avec quelque 240 propriétés sur le marché, soit 13 % de moins qu’au début de l’année 2017. La diminution de l’offre a permis aux conditions du marché de se resserrer de plus belle et de renforcer ainsi l’avantage des vendeurs lors des négociations.

Le prix médian des unifamiliales, qui a progressé de 7 % par rapport au premier trimestre de 2017, atteint désormais 225 000 $.

« Les courtiers sont parvenus à vendre les maisons plus rapidement – 27 jours de moins qu’au trimestre précédent –, soit en 87 jours en moyenne », fait remarquer Mme Charette. Il s’agissait du délai de vente moyen le plus court depuis la fin de l’année 2015.

 

Ventes résidentielles au Québec : le meilleur début d’année en six ans

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 22 050 ventes ont été réalisées de janvier à mars, soit une augmentation de 3 % par rapport à la même période en 2017. Il s’agit d’un quinzième trimestre consécutif de hausses ainsi que du meilleur début d’année depuis 2012.

Voici les autres principaux faits saillants du premier trimestre de 2018 :

Ventes

  • En tout, 15 020 unifamiliales (0 %), 5 260 copropriétés (+13 %) et 1 679 (+2 %) plex ont changé de mains.
  • Sur le plan géographique, les agglomérations de Rivière-du-Loup (+22 %), de Salaberry-de-Valleyfield (+21 %), de Mont-Tremblant (+15 %) et de Saint-Hyacinthe (+13 %) se sont particulièrement démarquées et affichent les plus fortes croissances des ventes résidentielles.
  • Du côté des six régions métropolitaines de recensement (RMR), celle de Montréal a connu la plus forte augmentation des ventes, soit de 7 %, suivie de celle de Saguenay, où la hausse a été de 5 %. Les ventes des RMR de Québec et de Sherbrooke sont demeurées relativement stables, alors que celles de Trois-Rivières (-11 %) et de Gatineau (-8 %) se sont repliées.

Inscriptions en vigueur

  • Le nombre de propriétés à vendre a poursuivi sa descente, affichant une diminution de l’offre pour un neuvième trimestre consécutif. Ainsi, 68 423 propriétés résidentielles étaient inscrites au système Centris®, soit 9 % de moins qu’à la même période en 2017.
  • Le nombre d’inscriptions a diminué dans chacune des trois catégories de propriétés, soit une baisse de 8 % pour l’unifamiliale, de 13 % pour la copropriété et de 4 % pour les plex.

« La tendance baissière des inscriptions est généralisée à l’ensemble de la province », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). « L’offre de propriétés a fléchi dans chacun des principaux centres urbains de la province, à cinq exceptions près, soit Sainte-Adèle (+21 %), Rimouski (+13 %), Shawinigan (+4 %), Saguenay (+3 %) et Québec (+1 %) », poursuit M. Cardinal.

Prix

  • Pour l’ensemble de la province, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 3 % et atteint 248 000 $.
  • Les plus fortes hausses de prix pour l’unifamiliale ont été enregistrées dans les agglomérations de Sainte-Agathe-des-Monts (+18 %), de Saint-Sauveur (+13 %), de Thetford Mines (+8 %), de Victoriaville (+7 %) et de Rouyn-Noranda (+7 %).
  • Le prix médian des copropriétés a également crû de 3 % à l’échelle provinciale et s’établit désormais à 229 000 $, tandis que le prix médian des plex a augmenté de 6 %, la moitié des petites propriétés à revenus s’étant vendues plus de 380 000 $.

 

Finalement, les propriétés vendues au premier trimestre ont trouvé preneur plus rapidement qu’il y a un an. Les unifamiliales se sont vendues en 110 jours en moyenne, soit 5 jours de moins qu’au premier trimestre de 2017. Il a fallu en moyenne 115 jours pour que les copropriétés affichent « Vendu », ce qui représente une diminution de 16 jours.

À propos de la Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue

La Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue regroupe une soixantaine de courtiers immobiliers couvrant un territoire de plus de 150 000 km2. La Chambre s’est donné comme mission de promouvoir le courtier comme intermédiaire indispensable à toute transaction immobilière, et ce, depuis près de 30 ans. Elle veille également à ce que ses membres se conforment à un code d’éthique et aux nombreux règlements, en plus d’améliorer leurs compétences par la tenue de diverses formations dans le but d’offrir en tout temps un service professionnel aux consommateurs. La liste complète des membres et des propriétés est disponible à l’adresse www.ciat.qc.ca.

À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les 12 chambres immobilières de la province, de même que près de 13 000 courtiers immobiliers membres. Sa mission est de soutenir les chambres immobilières du Québec dans le but de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers en offrant des services en matière de pratiques professionnelles, d’affaires publiques et d’analyse de marché. La FCIQ est guidée par une approche axée sur la collaboration et le partage des ressources.

À propos de Centris®

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris® offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris® gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

 

-30-

 

Pour des statistiques plus détaillées sur chacune des régions de la province, consultez le Baromètre FCIQ.

 

Renseignements :

Hélène Charette
Directrice générale
Chambre immobilière de l’Abitibi-Témiscamingue
Téléphone : 819 762-1777
info@ciat.qc.ca