Communiqués > La copropriété pousse à la hausse les ventes résidentielles de la région de Sherbrooke au premier trimestre

Sherbrooke, le 16 avril 2018 – La Chambre immobilière de l’Estrie vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR)
de Sherbrooke, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 516 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du premier trimestre de 2018, ce qui représente une hausse de 1 % par rapport à la même période de l’an dernier. Cette hausse met fin à une série de trois baisses trimestrielles consécutives.

Voici les autres faits saillants du premier trimestre de 2018 :

Ventes

  • Par catégories de propriétés, les ventes de copropriétés (75) ont crû de 44 %, tandis que les ventes d’unifamiliales (399) et de plex (42) ont respectivement diminué de 4 % et de 7 %.
  • Les secteurs de Magog et de la périphérie de Sherbrooke ont tous deux vu leur nombre de transactions augmenter, de 27 % et de 28 % respectivement. Dans le cas de la périphérie, il s’agit d’un sommet en six ans.
  • En ce qui concerne les secteurs de la ville de Sherbrooke, seul Fleurimont/Brompton a connu une hausse d’activité (+4 %). Par contre, pendant que les ventes ne diminuaient que légèrement dans les quartiers Jacques-Cartier (-3 %) et Mont-Bellevue/Lennoxville (-5 %), elles ont chuté de 20 % dans le quartier Rock Forest/Saint-Élie/Deauville.

Prix

  • À l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a légèrement diminué, soit de 1 %, par rapport au premier trimestre de 2017, pour s’établir à 202 000 $.
  • Sur le plan géographique, le secteur de Rock Forest/Saint-Élie/Deauville (216 500 $) a néanmoins vu le prix médian des unifamiliales augmenter de 7 %.
  • Le prix médian des copropriétés, dans l’ensemble de la RMR, s’est établi à 161 000 $, soit 5 % de plus qu’au premier trimestre de 2017, tandis que les plex de deux à cinq logements ont vu leur prix médian (207 500 $) diminuer de 1 %.

Inscriptions en vigueur

  • En moyenne, 1 691 propriétés résidentielles affichaient « À vendre » par l’entremise du système Centris® des courtiers immobiliers, soit 11 % de moins qu’au premier trimestre de 2017. Il s’agit d’une septième diminution consécutive de l’offre de propriétés.

« Le segment de la copropriété dans la région sherbrookoise a démarré l’année en lion, comme en témoigne la hausse des 44 % des ventes, le recul de 9 % du nombre d’inscriptions et la progression de 5 % du prix médian au cours des trois premiers mois de l’année », note David Bourgon, président de la Chambre immobilière de l’Estrie et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FICQ) pour la région de Sherbrooke. « Les conditions du marché de la copropriété se resserrent, mais demeurent néanmoins à l’avantage des acheteurs », ajoute-t-il.

 

Ventes résidentielles au Québec : le meilleur début d’année en six ans

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 22 050 ventes ont été réalisées de janvier à mars, soit une augmentation de 3 % par rapport à la même période en 2017. Il s’agit d’un quinzième trimestre consécutif de hausses ainsi que du meilleur début d’année depuis 2012.

Voici les autres principaux faits saillants du premier trimestre de 2018 :

Ventes

  • En tout, 15 020 unifamiliales (0 %), 5 260 copropriétés (+13 %) et 1 679 (+2 %) plex ont changé de mains.
  • Sur le plan géographique, les agglomérations de Rivière-du-Loup (+22 %), de Salaberry-de-Valleyfield (+21 %), de Mont-Tremblant (+15 %) et de Saint-Hyacinthe (+13 %) se sont particulièrement démarquées et affichent les plus fortes croissances des ventes résidentielles.
  • Du côté des six régions métropolitaines de recensement (RMR), celle de Montréal a connu la plus forte augmentation des ventes, soit de 7 %, suivie de celle de Saguenay, où la hausse a été de 5 %. Les ventes des RMR de Québec et de Sherbrooke sont demeurées relativement stables, alors que celles de Trois-Rivières (-11 %) et de Gatineau (-8 %) se sont repliées.

Inscriptions en vigueur

  • Le nombre de propriétés à vendre a poursuivi sa descente, affichant une diminution de l’offre pour un neuvième trimestre consécutif. Ainsi, 68 423 propriétés résidentielles étaient inscrites au système Centris®, soit 9 % de moins qu’à la même période en 2017.
  • Le nombre d’inscriptions a diminué dans chacune des trois catégories de propriétés, soit une baisse de 8 % pour l’unifamiliale, de 13 % pour la copropriété et de 4 % pour les plex.

« La tendance baissière des inscriptions est généralisée à l’ensemble de la province », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ). « L’offre de propriétés a fléchi dans chacun des principaux centres urbains de la province, à cinq exceptions près, soit Sainte-Adèle (+21 %), Rimouski (+13 %), Shawinigan (+4 %), Saguenay (+3 %) et Québec (+1 %) », poursuit M. Cardinal.

Prix

  • Pour l’ensemble de la province, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 3 % et atteint 248 000 $.
  • Les plus fortes hausses de prix pour l’unifamiliale ont été enregistrées dans les agglomérations de Sainte-Agathe-des-Monts (+18 %), de Saint-Sauveur (+13 %), de Thetford Mines (+8 %), de Victoriaville (+7 %) et de Rouyn-Noranda (+7 %).
  • Le prix médian des copropriétés a également crû de 3 % à l’échelle provinciale et s’établit désormais à 229 000 $, tandis que le prix médian des plex a augmenté de 6 %, la moitié des petites propriétés à revenus s’étant vendues plus de 380 000 $.

Finalement, les propriétés vendues au premier trimestre ont trouvé preneur plus rapidement qu’il y a un an. Les unifamiliales se sont vendues en 110 jours en moyenne, soit 5 jours de moins qu’au premier trimestre de 2017. Il a fallu en moyenne 115 jours pour que les copropriétés affichent « Vendu », ce qui représente une diminution de 16 jours.

À propos de la Chambre immobilière de l’Estrie

La Chambre immobilière de l’Estrie est un organisme sans but lucratif. Elle fait partie de la Fédération des chambres immobilières du Québec et des 10 associations provinciales qui forment l’Association canadienne de l’immeuble. Elle s’est donné pour mission de promouvoir et de protéger activement la profession ainsi que les intérêts professionnels de ses membres, tout en les aidant à atteindre leurs objectifs d’affaires et à parfaire leurs connaissances. La Chambre s’emploie également à informer le public sur les questions relatives à l’immobilier.

À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les 12 chambres immobilières de la province, de même que près de 13 000 courtiers immobiliers membres. Sa mission est de soutenir les chambres immobilières du Québec dans le but de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers en offrant des services en matière de pratiques professionnelles, d’affaires publiques et d’analyse de marché. La FCIQ est guidée par une approche axée sur la collaboration et le partage des ressources.

À propos de Centris®

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris® offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris® gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

 

-30-

 

Pour des statistiques plus détaillées, consultez le Baromètre FCIQ.

 

Renseignements :

David Bourgon
Président de la Chambre immobilière de l’Estrie
Tél. : 819 868-6666