La Fédération > Mot du président

Mot du président

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) protège et défend les intérêts des courtiers immobiliers au Québec. À ce chapitre, l’année 2016 a été particulièrement fructueuse.

Je suis très satisfait du travail accompli au sein de notre Fédération. Ensemble, nous nous sommes entendus sur des orientations stratégiques qui nous ont permis de définir notre mission et notre vision. Nous avons maintenant une signature plus forte, un axe commun autour duquel nous pouvons unir nos efforts.

 

Un dossier clé

Être mieux organisés, plus proactifs et travailler solidairement sont d’autant plus essentiels que nous sommes engagés dans un dossier crucial pour l’avenir de notre profession : la révision de la Loi sur le courtage immobilier (LCI).

Dans un effort bien coordonné, la Fédération et ses membres ont multiplié au cours des derniers mois les démarches afin de sensibiliser intervenants et décideurs politiques à la nécessité de clarifier la définition de l’acte de courtage en y intégrant la notion de service-conseil.

Il est fondamental que les règles et les responsabilités liées à l’acte de courtage soient les mêmes pour tous, tant les personnes qui font du coaching immobilier que les courtiers immobiliers dont la profession est réglementée par l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ). C’est une question d’équité à l’égard des courtiers immobiliers, qui sont soumis à des exigences strictes et doivent s’acquitter de certains devoirs. C’est aussi une question de protection des clients. Ceux-ci doivent savoir clairement à quels risques ils s’exposent s’ils font affaire avec un coach immobilier.

De grandes victoires

La Cour supérieure a autorisé la FCIQ à intenter une action collective contre DuProprio pour publicité fausse ou trompeuse. Par la suite, nous avons vivement contesté la demande présentée par DuProprio d’appeler de cette autorisation, et avons eu gain de cause. Notre démarche d’action collective peut donc suivre son cours. Cette action est essentielle non seulement pour mettre fin aux publicités trompeuses et déloyales de DuProprio, mais aussi pour démontrer qu’on ne peut pas dénigrer la profession et banaliser la protection qu’elle assure au public.

La Cour suprême a d’ailleurs rejeté la tentative d’appel de DuProprio afin de bloquer la requête en jugement déclaratoire de l’OACIQ visant à assujettir DuProprio à la LCI. Notre Fédération peut donc maintenir sa demande d’intervention devant la Cour supérieure afin d’aller défendre les intérêts de ses membres dans ce dossier.

Des efforts à poursuivre

La Fédération a réalisé d’importants gains et progrès en 2016, mais nous avons encore beaucoup à accomplir, notamment pour moderniser nos règles de gouvernance.

L’objectif fondamental est clair : faire en sorte que la FCIQ et les chambres, en fonction de leurs rôles respectifs, puissent encore mieux aider les courtiers à progresser et à gagner des parts de marché. Nous continuerons d’y veiller, je vous l’assure.

Patrick Juanéda, président